Jean-René Loubat
Jean-René LOUBAT, psychosociologue, docteur en sciences humaines, est consultant et formateur libéral auprès des institutions sanitaires, sociales et médico-sociales.

Il a été enseignant aux Facultés Catholiques de Lyon, conseiller pédagogique à l'INFIP, chargé de cours en Sciences de l'Éducation (Lyon II), conseiller technique au CREAI Rhône-Alpes, formateur à l'Institut de Formation des Cadres de Santé de l'Hôpital du Vinatier de Lyon, conférencier en Sciences Sociales à l'École de Management de Lyon, ainsi que dans diverses écoles de travail social.

Il a produit de nombreux ouvrages personnels, comme Élaborer son projet d'établissement, Penser le management, etc. et contribué à divers ouvrages collectifs. Il écrit également des ouvrages d’aventures pour la jeunesse.

  Dernière parution

Faits religieux et laïcité dans le secteur socio-éducatif .
Sous la direction de Faïza Guélamine & Daniel Verba. Préface de Jean-Louis Bianco, paru en juin 2018, 224 pages, Éditions Dunod

+ d'info

Accompagner le changement des institutions & des hommes
accueil

En ce début de XXIe siècle, les secteurs sanitaire, social et médico-social connaissent une mutation d'envergure qui s'avère de fait une " transition systémique " : il s'agit ni plus ni moins de tourner une page d'histoire, de changer de paradigme et de configuration générale. Cela pour des raisons à la fois culturelles (affirmation des droits et des attentes des consommateurs et des citoyens) et économiques (les besoins croissent plus vite que les ressources du fait de facteurs démographiques et d'une faible croissance économique). Il ne s'agit donc plus seulement d'un processus d'amélioration mais de transformation (réingénierie).

Cette transition prône le passage d'une logique de réponses institutionnelles à une vision plus écologique, davantage inscrite dans l'environnement des destinataires concernés par les prestations de tels secteurs d'activité. Ce processus de remplacement progressif d'établissements traditionnels par un maillage de services intervenant auprès des personnes est fréquemment appelé " mouvement pour la désinstitutionalisation ". Il s'agit de fait d'une politique d'inclusion et d'accès au droit commun pour tous.

Concrètement, il est demandé aux opérateurs de passer d'une logique de place à une logique de parcours répondant davantage aux attentes d'autodétermination, de promotion et de participation sociales des personnes en situation de handicap. Le projet de vie des personnes devient ainsi la pierre angulaire de l'accompagnement proposé et transforme la relation prestataires/bénéficiaires en une relation de service à part entière.

Dans le même temps, les exigences de gestion et de contrôle se font plus serrées, et il est ainsi demandé aux opérateurs de " faire mieux avec moins ", d'accroître la lisibilité et la traçabilité de leurs prestations et l'efficience de leurs modes opératoires.

Afin de relever l'ensemble de ces défis, les opérateurs à vocation sanitaire, médico-sociale ou sociale doivent recomposer leur offre de services afin de couvrir de nouveaux besoins, coordonner au plus près les parcours singuliers des personnes, penser de nouvelles organisations plus souples et plus modulaires (les " plateformes de services "), mutualiser et optimiser leurs ressources, travailler davantage en réseau, se doter d'outils managériaux plus conséquents, mieux valoriser et communiquer leur savoir-faire et leurs résultats, se préparer à d'autres modalités de financement (SERAFIN-PH).