Jean-René Loubat
Jean-René LOUBAT, psychosociologue, docteur en sciences humaines, est consultant et formateur libéral auprès des institutions sanitaires, sociales et médico-sociales, Président d’honneur du think tank Parcours & Innovations..

Il a été enseignant aux Facultés Catholiques de Lyon, conseiller pédagogique à l'INFIP, chargé de cours en Sciences de l'Éducation (Lyon II), conseiller technique au CREAI Rhône-Alpes, formateur à l'Institut de Formation des Cadres de Santé de l'Hôpital du Vinatier de Lyon, conférencier en Sciences Sociales à l'École de Management de Lyon, ainsi que dans diverses écoles de travail social.

Il a produit de nombreux ouvrages personnels, comme Élaborer son projet d'établissement, Penser le management, etc. et contribué à divers ouvrages collectifs. Il écrit également des ouvrages d'aventures pour la jeunesse.

  Dernière parution

Optimiser les ressources des organisations de l'action sociale et médico-sociale
préface de Marcel JEAGER, septembre 2020, 256 pages, Dunod.

+ d'info

Accompagner le changement des institutions & des hommes
Dernières réflexions

Évaluer quoi ? Pour quoi faire et au bénéfice de qui ?

Analyse des enjeux de l’évaluation de la qualité en action sociale et médico-sociale

Depuis 1995 et l’accréditation hospitalière qui a inauguré de fait cette préoccupation dans des secteurs à but largement non lucratif (soit 25 ans déjà !), la qualité n’est certes plus un terme tabou mais n’a pas pour autant intégré véritablement le fonctionnement quotidien des ESSMS. Peu à peu remplacée par la bientraitance, réduite à des cycles administratifs et à un contrôle qui ne dit (toujours) pas son nom, la qualité a perdu une part de sa vocation et la démarche s’est bien souvent engluée dans un pur formalisme. Pour cette raison, elle a fréquemment fini par démobiliser les personnels et ne s’inscrit que trop rarement de manière continue dans les pratiques professionnelles quotidiennes ou le management des organisations. Les chargés qualité, quant à eux, sont parfois devenus de simples gestionnaires de statistiques, de rapports et de fiches d’événements indésirables…

Cette débâcle et la perversion du concept ne sont pas le fruit du hasard, mais ont résulté tout autant d’un évitement de la question et de ses véritables enjeux, d’une confusion conceptuelle et d’une absence de méthode, que d’un enchaînement d’errances et de renoncements manifestes de la part de la puissance publique.

La préoccupation actuelle est bien de savoir comment relancer une authentique démarche d’évaluation qualitative – mais à quelles fins ? – et de remobiliser les professionnels sur un processus qui ne doit pas représenter pour autant une surcharge de travail administratif (et un surcoût), mais un facteur de progrès pour les bénéficiaires, pour leur entreprise et pour eux-mêmes. Dans un souci de clarté, il nous apparait indispensable aujourd’hui de bien distinguer une démarche qualité volontaire et une évaluation administrative en vue du renouvellement d’une autorisation (habilitation).

icone PDFLire la suite de l'article